Femmes réseautées et engagées – La Marie Debout

Tissons des liens

La St-Valentin 2017

Célébration en l’honneur des femmes autochtones disparues et assassinées

Ce 14 février marque la 8e célébration annuelle de l’amour et de la vie des femmes autochtones disparues et assassinées. Au programme : une mobilisation éclair à la place principale du Complexe Desjardins suivie d’un repas communautaire au Centre d’amitié autochtone de Montréal, situé à l’angle des rues Ontario et St-Laurent.

Mobilisation éclair à la place principale du Complexe Desjardins

Vers 17 h 30 se déploie en un silence solennel, souvent en doubles rangées autour de la fontaine, une centaine de femmes et d’hommes marqués à la poitrine d’énormes cœurs roses assez larges pour nommer plus d’une victime – elles sont plus de 1 200-. À ces témoins se joignent des organismes de défense de femmes racisées et genrées.

flashmobweb14fév-Roxane2

Photo : Centre de lutte contre l’oppression des genres

S’unissent à cette manifestation les voix autochtones harmonieuses et fières de trois jeunes femmes du groupe Odaya (fruit du cœur) rythmées avec le tambour, de Josée Tremblay et de deux spectateurs. Quoiqu’empreintes de tristesse, leurs paroles traduisent la résilience de tout un peuple. En conclusion, la maîtresse de cérémonie remercie les spectateurs et invite toutes les personnes présentes à venir partager un repas communautaire au Centre d’amitié autochtone.

Centre d’amitié autochtone

flashmobweb14fév-Roxane1

Photo : Centre de lutte contre l’oppression des genres

Accueillies par les animatrices de la soirée – Viviane Michel de Femmes autochtones du Québec et Chelsea Obo de Missing Justice, une soixantaine de personnes recueillies écoutent les joueurs du gros tambour dont la voix percutante se fusionne avec les battements de leur instrument et vibrent à la mémoire des femmes autochtones disparues et assassinées. Josée Tremblay, métisse algonquine, raconte ensuite en chanson sa propre expérience.

Les agapes terminées, des femmes fortes et inspirantes rappellent que beaucoup reste à faire pour rendre justice aux femmes autochtones et à de nombreuses autres issues de diverses communautés :

Nakuset du Centre d’hébergement des femmes autochtones insiste avec émotion sur « l’urgence de créer une procédure comme suite de la disparition d’une Autochtone », tandis que Nancy de Missing Justice exprime dans un poème de sa composition l’aspiration à la guérison et la résilience des femmes autochtones et des femmes noires.

Agnes Calgo du groupe de défense des femmes philippines immigrantes explique la vulnérabilité de ces femmes « souvent embauchées comme aide-ménagères, par le fait qu’elles demeurent sous le même toit que leurs employeurs et donc plus sujettes à l’exploitation ». De son côté, Coline Bellefleur de l’Association canadienne des avocats musulmans dénonce « les gestes haineux et méprisants (crachats, coups de pied) ainsi que la violence médiatique dont les musulmanes sont victimes ».

Cette 8e célébration chante la mémoire des femmes autochtones disparues et assassinées. Elle permet également de s’élever contre la violence systémique faite aux femmes autochtones ainsi que l’oppression raciale et genrée que vivent aussi les femmes d’autres communautés.

Roxane2017-perso

Roxane Thériault

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 mars 2017 par dans Nos soeurs autochtones.
%d blogueurs aiment cette page :