Femmes réseautées et engagées – La Marie Debout

Tissons des liens

Historique de la Marche mondiale des femmes

Les femmes du Québec se mobilisent pour la Marche du pain et des roses en 1995

Les femmes du Québec se mobilisent pour la Marche du pain et des roses en 1995

« C’est une création toute québécoise, une contribution des femmes du Québec à la solidarité dans le monde. »*1 raconte Alexa Conradi en conférence de presse à Trois-Rivières, où convergera la délégation nationale de la Marche mondiale des femmes 2015. Tout part de nos consœurs qui ont vu au-delà de leur clôture, plus loin que les rébellions tracées dans la neige, imprégnées plus profondément que les bronzages clairsemés de l’été. Ici, nous avons ouvert le chemin d’une force plus grande que nous-mêmes. Nous avons dessiné la route de luttes communes : le respect de notre identité féminine, l’acquisition d’une autonomie financière, le droit de parole dans toutes les sphères de la société.

C’était il y a 20 ans. En 1995, dans le cadre de la marche DU PAIN ET DES ROSES instiguée par la Coalition nationale des femmes contre la pauvreté de la Fédération des femmes du Québec, alors présidée par Françoise David. Une trentaine de participantes de La Marie Debout se rend à Québec accueillir les centaines de marcheuses et soutenir les revendications : arrêter les compressions budgétaires au niveau des programmes sociaux, réclamer plus d’emplois et le droit de participation à la vie économique de notre société *2.

Les femmes d'Hochelaga-Maisonneuve se mobilisent pour la Marche du pain et des roses en 1995

Les femmes d’Hochelaga-Maisonneuve se mobilisent pour la Marche du pain et des roses en 1995

Fort de cette mobilisation de plus de 15 000 personnes venues de tous horizons, le mouvement traverse les frontières et les océans et s’enracine dans au moins 160 pays. Partout, les femmes réclament plus de justice sociale et dénoncent les violences qui leur sont faites : physique, psychologique, sexuelle… et maintenant environnementale et territoriale.

La Marche mondiale des femmes (MMF) se définit ainsi : « Mondialisation, désengagement de l’État, montée de la droite, des fondamentalismes et de l’antiféminisme, c’est dans ce contexte mondial, dont les échos résonnaient jusqu’au Québec, qu’est née la Marche mondiale des femmes. Dans une telle conjoncture, la nécessité de poursuivre nos luttes avec les femmes du monde s’est avérée un enjeu fondamental. À la mondialisation des marchés, nous allions opposer la mondialisation de nos solidarités! »*3

La MMF, comme nous la connaissons ainsi depuis 2000, s’est dotée d’une Charte mondiale des femmes pour l’humanité, dans laquelle les revendications sont toujours au goût du jour : « Nous proposons de construire un autre monde où l’exploitation, l’oppression, l’intolérance et les exclusions n’existent plus, où l’intégrité, la diversité, les droits et libertés de toutes et de tous sont respectés. Cette Charte se fonde sur les valeurs d’égalité, de liberté, de solidarité, de justice et de paix. »*4

New York 2000    En 2000, les femmes marchent à New York

Drapée de la portée sociale de ces deux journées, la MMF débute ses actions le 8 mars, Journée internationale des femmes, pour les terminer le 17 octobre, Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

Le 17 octobre 2000 à New York, « … une délégation a remis les signatures d’une pétition internationale à des représentantEs de l’ONU ainsi qu’un ensemble de propositions à mettre en œuvre pour aider à supprimer les problèmes de pauvreté et de violence. »*5 Louise Miller, de La Marie Debout, commente cet événement et nous livre ses émotions dans nos pages. Le chemin reste long pour voir poindre la concrétisation de ces demandes.

La MMF 2005 quitte São Paulo au Brésil le 8 mars pour se terminer à Ouagadougou au Burkina Faso le 17 octobre. Des centaines de femmes venues de 31 pays y participent. À midi, dans tous les fuseaux horaires de la planète (de Nouvelle Calédonie jusqu’aux Amériques, 24 heures plus tard), les femmes font entendre leurs voix et réclament égalité, liberté, justice, paix et solidarité. « Au Québec, c’est le 7 mai que nous avons accueilli le relais de la Charte. Près de 15 000 personnes se sont mobilisées! Transmise de main en main via une chaîne humaine de plus de 2 000 femmes, la Charte mondiale des femmes pour l’humanité a été portée devant le Parlement à Québec. »*6

Nos revendications axées sur les cinq valeurs de la Charte portaient entre autres sur la protection des femmes migrantes victimes de trafic ou de déportation; et « … la paix, à travers une grande campagne de sensibilisation et d’éducation sur dix ans contre la violence envers les femmes. »*7 « Nous, les femmes de la MMF 2005, femmes de plein jour et de nuit claire, proclamons haut et fort que tout être humain doit vivre au féminin et au masculin l’égalité, la liberté, la solidarité, la justice et la paix. Aujourd’hui, nous marchons avec audace en dégustant sans culpabilité mais dans une joie souveraine, les fruits de nos revendications cueillis à l’arbre de notre dignité où circule une sève de tendresse pour nos enfants de demain. »*8

Nous voilà arrivées en 2010. Toutes les femmes ne sont pas libres ; nous devons continuer à marcher. Les revendications s’articulent autour de quatre grands champs d’action : travail et autonomie économique des femmes; bien commun; violence; paix et démilitarisation.

« Du 12 au 17 octobre 2010, plus de 400 actions ont été organisées à l’échelle locale, régionale ou nationale. Le 17 octobre, 10 000 personnes ont marché fièrement dans les rues de Rimouski pour clôturer une semaine extraordinaire en faveur de l’égalité et des droits des femmes. Le mouvement féministe a, encore une fois, fait la preuve qu’il met de l’avant des revendications portées par des milliers de Québécoises et de Québécois de tous les milieux. »*9

Les femmes étaient très nombreuses à la Marche de 2010!

Les femmes étaient très nombreuses à la Marche de 2010!

La quatrième Marche mondiale des femmes se prépare autour du thème Libérons nos corps, notre Terre, nos territoires. « … les actions de 2015 au Québec visent à démontrer les impacts concrets des différents systèmes d’oppression (le capitalisme*, le patriarcat*, le racisme*, l’hétérosexisme*, le colonialisme*, le capacitisme*, etc.) sur les femmes au Québec et ailleurs dans le monde en dénonçant ces systèmes mais aussi en mettant de l’avant les formes de résistance qui s’organisent et les alternatives féministes développées. »*10

Toujours, d’abord en 1995, et depuis 2000, la MMF étaye ses revendications de propositions cohérentes, responsables, pacifiques et consensuelles pour le mieux-être et la sécurité de toutes les femmes de tous les pays.

L’engagement des femmes de La Marie Debout ne se dément pas. Sans répit, elles s’indignent encore des politiques d’austérité*, des violences sournoises et insidieuses que provoquent les décisions patriarcales de nos dirigeants en matière de logement décent, de sécurité énergétique et environnementale, et de paix sociale. Tel un mantra, elles redisent : tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous devons continuer à marcher.
Relisons avec sérénité ces mots inspirants : « Par cette charte mondiale des femmes pour l’humanité et par les actions à venir, nous réaffirmons qu’un autre monde est possible, un monde rempli d’espoir, de vie, où il fait bon vivre et nous déclarons notre amour à ce monde, à sa diversité et à sa beauté. »*11

Véronique Morel
Références

1. http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201410/27/01-4813119-les-femmes-se-donnent-rendez-vous-a-trois-rivieres-en-2015.php

2. Si La Marie Debout m’était contée, p. 14-15, Suzanne Boisvert.

3. La Marche mondiale des femmes : http://www.ffq.qc.ca/luttes/marche-mondiale-des-femmes/a-propos/

4. Charte mondiale des femmes pour l’humanité : texte tel qu’adopté à la 5e Rencontre internationale de la Marche mondiale des femmes au Rwanda le 10 décembre 2004. http://www.marchemondialedesfemmes.org/publications/charte/charte/fr

5. http://fr.wikipedia.org/wiki/Marche_mondiale_des_Femmes

6. http://www.ffq.qc.ca/luttes/marche-mondiale-des-femmes/champs-daction/autonomie-economique/

7. À propos de la marche, MMF, site Web : http://www.ffq.qc.ca/luttes/marche-mondiale-des-femmes/champs-daction/autonomie-economique/)

8. (Texte composé à l’occasion de l’accueil de la Charte mondiale des femmes pour l’humanité, Léona Deschamps, L’Autre parole, revue no 110, Québec, 7 mai 2005) http://www.lautreparole.org/articles/417

9. http://www.ffq.qc.ca/luttes/marche-mondiale-des-femmes/champs-daction/autonomie-economique/

10. http://www.ffq.qc.ca/luttes/marche-mondiale-des-femmes/champs-daction/autonomie-economique/

11. http://fr.wikipedia.org/wiki/Marche_mondiale_des_Femmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :